jeudi 15 novembre 2018

l'enfant retrouvé


Le sang  séché de sa blessure au front
Les traces des larmes qui ont coulé
Tel est l'enfant que j'ai retrouvé

Il a suffit d’un mot entendu par hasard
et la clé a ouvert la porte oubliée
il attendait depuis tant d'année
Il a suffit d'un mot entendu par hasard
pour le figer sidéré

le retrouver lui si longtemps oublié
enfoui caché
un face à face émouvant
il n'avait pas changé
lisse le regard perdu c'était avant
avant d'avoir entendu les mots maudits
la flèche empoisonnée qui a clôt
la porte de l'innocence

LC de la Cachette  texte  



vendredi 9 novembre 2018

Herbier fe poésies - page 124


Ce n’était plus tout à fait l’été

Ce n’était pas encore l’automne

Dans le Bois d’Amour

Les fougères déjà rousses

La lumière jouait

Dans le labyrinthe des troncs

Sous le couvert des hêtres

Les couleurs improbables

Faisaient appel à la mémoire…

Le souvenir de ce Talisman

Paul Sérusier et Paul Gauguin

La naissance d’une peinture nouvelle



« L’âme serait portée à la tristesse dans ce cadre tranquille si un rayon de soleil perçant quand même le feuillage le plus épais ne donnait la sensation de la divine espérance… » *






mardi 9 octobre 2018

Chansonnette pour Marine



Photo Marine
 
Le soleil vient de se lever
Chez Marine il va commencer
Une journée sans pareille
Une naissance quelle nouvelle

Demain est un jour nouveau
Demain parmi ses chevaux

Bientôt au galop dans les près
Poulains, Ânons vont s'ébrouer 
Quel plaisir pour la cavalière
Dans cette nature qui lui est chère

 Demain est un jour nouveau
Demain parmi ses chevaux

Entre ses animaux et ses fleurs 
Marine partage des instants bonheur
Quand la brise murmure à ses oreilles
Profite du temps et de tes soleils

 Demain est un jour nouveau
Demain parmi ses chevaux

vendredi 14 septembre 2018

Herbier de poésies - page 118



Ils jouent

Cris aigus des chamailleries
Poursuites et cavalcades

A l'heure du crépuscule
Les enfants sont comme des étourneaux
Qui dansent sur fond de ciel ocré

Profitez des derniers jours d'été
L'automne saura bien vous attraper



 

vendredi 7 septembre 2018

Herbier de poésies - page 117


 
Léonard Tsuguharu Foujita, Femme allongée, Youki, 1923, huile sur toile, 50 x 61cm, collection particulière © Fondation Foujita  ADAGP, Paris, 2018


 Dans sa nudité
encore pâle la jeune accouchée
- Solitude

Ses yeux noirs grand ouverts
  traduisent un déni de vie


jeudi 30 août 2018

Forêt enchantée
les korrigans y dansent
les soirs de pleine lune 

LC de la Cachette  texte