vendredi 21 juillet 2017

Herbier de poésie - page de juillet


*Image proposée par Françoise la Vieille Marmotte

Était-ce un matin
Que la terre a tremblé
Qu'un séisme a ravagé les murs
Était-ce un soir
Que la guerre est arrivée
Que les cœurs comme les corps
Ont été dévastés

Alors l'Espoir est arrivé
Avec la petite gauchère
Ses larmes contre les armes
Son pantalon bleu comme un ciel
Son corsage blanc de colombe
Sur les oreilles son fichu rose
Afin  de ne plus entendre
Tous les bruits ravageurs
Chirurgienne de la Terre
Elle suture les plaies
Recousant les cœurs
Reliant les continents
Rapprochant les bords
Au fil du temps
Inlassablement